Brême VALENTIN



© BA/MA
"Valentin" en Novembre 1944 (© BA/MA)


Année de début de la construction
1943
Année de fin de la construction
1945
Bunker
426 mètres de long
97 mètres de large
Épaisseur du toit
7 mètres
Matériaux utilisés
Béton : 220000 tonnes
Acier : 27000 tonnes (dont 5000 tonnes pour les poutres)
Granulats : 1 million
Notes
C'est le deuxième plus grand U-Bunker de la Deuxième Guerre Mondiale.


Plans de l'U-Bunker

- Des plans sont faits en 1943 pour la construction d'une installation d'assemblage protégée sur les rives de la Weser à Farge près de Brême.
- Il s'agit d'une installation construite sur mesure pour l'assemblage du U-Boot de Type XXI.
- Cet U-Boote est dit 'Elektro U-Boot'. C'est pour la première fois un 'vrai' sous-marin. Il peut recharger ses batteries en immersion (périscopique) par l'intermédiaire du 'Schnorchel'. Il peut être construit rapidement en grande série à partir du 08 Juin 1943.
- Il ne faut que 260 heures pour construire le bateau au lieu de 460, et le chantier naval où il est assemblé est passé de quarante à huit semaines.
- La guerre sous-marine doit une fois de plus être en faveur de l'Allemagne.
- L'une des principales raisons pour lesquelles cet excellent sous-marin n'a pas pu être mis en service assez tôt pour influer sur la guerre en mer a été l'interruption du programme de construction causée par les raids aériens des Alliés - d'où la décision de construire cette installation massive et protégée en béton armé.
- L'installation est une chaîne de montage virtuelle : les bateaux partiellement assemblés franchissent différentes étapes jusqu'à ce qu'ils soient terminés, ils sont alors descendus dans un bassin à flot et naviguent dans la Weser à partir du bunker.
- Le Type XXI se compose de huit sections de coque, numérotées de l'arrière à l'avant, plus le massif.
- Les principaux points de montage de ce sous-marin se trouvent au chantier Blohm & Voss à Hambourg, Schichau à Dantzig et chez Deschimag AG Weser à Brême. C'est Blohm & Voss qui produit le plus grand nombre.
- Dès que le Les Alliés prennent conscience du fait que ce nouveau bateau révolutionnaire est en cours d'assemblage chez Blohm & Voss, le chantier naval est de façon persistante attaqué par les bombardiers alliés et a subi de sérieux dégâts.
- Si "Valentin", avait été achevé, il aurait été un atout précieux.
- C'est début 1943 que les travaux commencent, le bétonnage en Novembre 1943. Pour la construction du bunker, la direction du site maritime de la Weser forme deux Groupes de travail, ARGE Nord se compose des quatre entreprises de construction Lenzbau (gestion technique), Wayss & Freytag, Hochtiefund Tesch (gestion commerciale), ARGE Süd se compose des entreprises de construction Hermann Möller, Wilhelmshaven, Dr. Kögel, Francfort et August Reiners, Brême. La construction du bunker est réalisée par le bureau d'études Agatz & Bock.
- La seule ouverture vers la Weser est protégée par des portes blindées. La ligne de production comprend 13 stations et mesure 1040 mètres.
- Le bunker est divisé en trois sections. La partie avant se compose de l'aile d'approvisionnement, la partie centrale de la partie production avec la ligne de profilés et la partie arrière de la partie atelier.
- Plus de 12000 ouvriers sont employés dans la construction de ce gigantesque bunker, dont environ un tiers sont étrangers, et plus de 2500 sont soit des prisonniers de guerre, soit des travailleurs forcés, soit des prisonniers de guerre, soit des détenus des camps de concentration, comme celui de Neuengamme situé au Sud-Est de Hambourg sur le fleuve Elbe. On estime qu'au moins 4000 personnes sont mortes pendant les travaux de construction de ce bunker [1].
- Les travaux cessent le 07 Avril 1945, date à laquelle le bunker était achevé à environ 90%. Il a une surface au sol de 49 276 m².

- La construction du bunker "Valentin II" était également prévue, qui avec 14 postes d'amarrage aurait dû prendre en charge une production mensuelle complète de "Valentin I".

- Les bombardements alliés de Mars 1945 réussissent à pénétrer dans la structure partiellement achevée avec des bombes "Tallboy", mais peu de dégâts sont causés à l'intérieur. Il n'y a eu que deux raids aériens majeurs, l'un le 27 Mars 1945 par la RAF [2] et l'autre le 30 Mars par l'USAAF [3]. Ce dernier voit 'tomber' 15 "Tallboy", dont six sont des coups au but.
- Avec les deux raids aériens de fin Mars 1945, les travaux sur le bunker s'arrêtent. Les poutres en I sont placées au-dessus d'un coup direct, probablement pour soutenir un renfort introduit dans le cratère. Cependant, aucun travail de réparation n'est effectué par la suite.
- Début Mai, les premières jeeps alliées apparaissent sur le chantier, un dynamitage du bunker est envisagé, mais n'a jamais été réalisé.

- Peu de temps après la fin de la guerre, les installations déjà installées dans l'U-Bunker "Valentin", telles que portails, grues et ascenseurs, sont démontées par les entreprises de livraison.
- Le complexe massif de Valentin à Brême est utilisé après la guerre pour les pratiques de bombardement par la RAF et USAAF. En Mars 1945, une certaine pénétration de ce bunker incomplet est réalisée, bien que la structure soit restée pour l'essentiel intacte [4].
- Pour une raison quelconque, à la différence des autres bunkers allemands, les Britanniques ne font pas de de démolir cette structure. Peut-être que sa taille et le coût potentiel d'une telle opération est trop important.
- À l'automne 1964, le bunker est de nouveau repris par l'armée allemande et en 2003 il est toujours utilisé comme dépôt de stockage pour la Bundesmarine (l'accès à l'intérieur n'est donc pas possible).
- Le bunker "Valentin" est encore relativement intact aujourd'hui (2003), et ce massif édifice vaut la peine d'être visité.
- On peut y accéder par la route publique via le village de Farge, à environ 25 km en aval de Brême, sur les rives de la Weser. Près de l'entrée principale se trouve un mémorial aux travailleurs forcés qui ont perdu la vie pendant la construction de ce colosse. Un sentier public longe la face sud du bunker à côté des rives de la Weser, et les visiteurs peuvent admirer la sortie qui devait permettre aux U-Boats de type XXI de sortir du bunker et d'entrer dans la Weser.



"Valentin" avec le mémorial aux travailleurs forcés


"Valentin" et la Weser




[1] Les travailleurs forcés, les prisonniers de guerre et les prisonniers des camps de concentration sont utilisés dans la construction de "Valentin" comme aucun autre bunker sous-marin. Le nombre exact de travailleurs ne peut pas être déterminé.
Pour ce qu'on en sait, elle était probablement 10000 hommes. Ils étaient des travailleurs forcés de toutes nationalités. En plus de de nombreux prisonniers de guerre russes, 1200 internés militaires italiens ont également été déployés sur le chantier.
Le camp de concentration de Neuengamme a détaché environ 2000 hommes. Les conditions de travail étaient désastreuses pour les travailleurs forcés. D'innombrables travailleurs meurent de malnutrition, surtout à cause de l'insuffisance de l'approvisionnement alimentaire. On indique que le nombre de travailleurs qui sont morts est d'environ 4 000. Le 07 Avril 1945, les prisonniers du camp de concentration sont retirés du chantier.
[2] À 13 heures 18 "Lancaster" britanniques du Sqn 617, attaque le bunker avec douze bombes de 454 kg, quatre "Tallboy" (5,4 t) et treize "Grand slam" (l0t).
C'était la première fois que le "Grand Slam" est lancé sur un bunker sous-marin. Cette attaque est l'une des attaques de points les plus précises de la RAF. La bombe avec la plus grande erreur de lancement frappe à une distance de seulement 160m du bâtiment, dont deux "Grand Slam" frappe le toit du bunker de 4,5m d'épaisseur au-dessus de la station n°5, à proximité immédiate du plafond renforcé à 7 mètres. Les bombes pénètrent le plafond d'environ 1,5 mètre et percent le plafond en raison de l'énorme force explosive.
Dans les deux cas, un trou presque carré d'environ 8,5 mètres de diamètre est percé dans le plafond. Une masse d'éruption d'environ 800 t par cratère est tombée au fond du bunker.
De nombreux fragments de bombe sont trouvés dans le bunker. Le plus grand ne peut être appelé un éclat. Il mesure 1,2 mètre de long et se trouve juste en dessous du cratère Nord. Deux grues mobiles ont été démolies par la détonation. À l'intérieur de l'U-Bunker l'effet de pression est toutefois modeste. La masse de puissance explosive énorme est envoyée inefficacement vers le haut. Sur le toit, l'explosion détruit une station à deux pompes, des canalisations et des matériaux de construction. Des dégâts beaucoup plus importants sont causés à l'installation du site de construction par les impacts. Les centrales à béton du Nord-Est et de l'Ouest ainsi que les voies ferrées de cette zone sont détruites par les coups du "Grand Slam". D'autres dégâts sont observés autour de l'U-Bunker.
[3] Le 8e USAAF attaque à nouveau le bunker. Il largue 622054 kg de bombes "Disney", dont l'une touche le bunker et fait un cratère de 2,7 mètres de large et 55 cm de profondeur. D'autres bombes frappent le Sud-Ouest du site sans causer beaucoup de dégâts. En raison de la formation des cratères, les experts américains et britanniques ont supposé que toutes les bombes avaient explosé trop tôt et, en particulier, l'effet du coup direct est resté limité.
[4] La RAF et l'USAAF utilisent le bunker de 1946 à 1948 comme cible de bombardement. À l'automne de 1947, la RAF lance une série de "Tallboy" de 750 kg sur le bunker, la RAF voulant tester le détonateur et la force de la bombe. Le Commandement aérien stratégique américain déploie trois bombardiers B-29 pour larguer 15 bombes "Sampson" et 15 bombes Amazon" au-dessus du bunker.

Source : "Die deutschen Ubootbunker und Bunkerwerften" de Sönke Neitzel chez Bernard & Graefe Verlag.
              "U-Boat Bases and Bunkers 1941-1945" chez OSPREY PUBLISHING.


gauche milieu

Homepage